^54C56F75AA8614A2DC9556F0C3CD207D7EA20393F3D83B188D^pimgpsh_fullsize_distr

Vendredi dernier, après l’audience à la Cour municipale de Phnom Penh, Chhay Reaksmay *, 14 ans, a finalement été libérée après avoir passé 8 mois à dormir sur le sol en béton de la prison Prey Sar à Phnom Penh.

Le juge Svay Tonh a décidé vendredi que Reaksmay, en raison de son âge, avait été illégalement emprisonnée pour trafic de drogue. Arrêté à 13 ans, 10 jours avant d’avoir 14 ans, Reaksmay était à l’époque au-dessous de l’âge de responsabilité pénale.

Ouk Vandeth, son avocat et le directeur d’IBJ au Cambodge, a déclaré que le juge avait conclu de sa petite taille que Reaksmay ne pouvait pas avoir 20 ans, comme l’affirmait le rapport de police, et a jugé que sa détention était “injuste”.

Une audience sur les accusations de trafic de drogue aura tout de même lieu, mais même si elle est déclarée coupable, Reaksmay ne sera pas confrontée à de nouvelles peines de prison.

“Le tribunal avait procédé simplement sur la base du dossier de la police, qui n’incluait pas son certificat de naissance”, a déclaré Vandeth.

Malgré son jeune âge, Reaksmay a enduré 8 mois dans une cellule surpeuplée à Prey Sar, dans de mauvaises conditions sanitaires. Malheureusement, elle n’est pas la seule : deux détenus cambodgiens sur trois sont en détention provisoire – c’est-à-dire des personnes accusées ou simplement suspectées d’avoir commis un crime. Nombre de jeunes languissent en prison sans représentation légale, avec plus de 600 mineurs et jeunes détenus dans les prisons cambodgiennes.

La libération de Reaksmay marque un tournant pour la justice juvénile. Au Cambodge et dans ses autres programmes pays, IBJ s’emploie à faire en sorte que toutes les personnes ordinaires, et en particulier les jeunes, aient accès à la justice.

*IBJ a écrit auparavant au sujet de Chhay Reaksmay sous un pseudonyme, Chanlina, pour protéger sa vie privée. Son cas a été depuis présenté par le Phnom Penh Post et le Herald Sun.