IBJ a établi son premier centre de ressources pour défenseurs au Burundi à Bujumbura en 2008. Depuis lors, Burundi Bridges to Justice s’est efforcé de renforcer le système juridique burundais et a mené de nombreuses activités, telles que la création d’un groupe de “Women Lawyers Team” pour que des avocates offrent une défense juridique gratuite aux femmes détenues. L’organisation met aussi en œuvre des formations pour les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, la police, les juges et les avocats de la défense et organise des tables rondes afin de promouvoir de meilleures pratiques et une réforme juridique..

L’impact en chiffres

Lorsque l’IBJ est arrivé au Burundi en 2008, il n’y avait que 70 avocats travaillant dans tout le pays et il n’existait aucune forme d’aide juridique pour ses quelque 9 millions d’habitants. Dix ans après que IBJ a commencé à travailler au Burundi, le nombre d’avocats adhérant au barreau de Bujumbura a été multiplié par dix. Autre évolution à cet égard, le Burundi s’est doté d’un autre barreau, le barreau de Gitega qui compte environ trois cents avocats. En 2018, la première stratégie nationale d’aide juridique a été adoptée.

347 avocats formés
5 131 cas représentés par les avocats de BBJ
451 fonctionnaires de justice formés par le biais de tables rondes
4,8+ millions de personnes touchées par les campagnes de sensibilisation aux droits.

Changement de système

BBJ a signé des protocoles d’accord avec l’Inspection Générale de la Police Nationale du Burundi, le Ministère de la Justice et de la Protection Civique, et le Barreau du Burundi. L’Organisation a également développé des partenariats stratégiques avec le Barreau de Gitega, l’Observatoire de l’Action Gouvernementale (OAG), la Mission d’Observation des Droits de l’Homme de l’Union africaine, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), l’Association des Juristes Catholiques du Burundi (AJCB) et les Services de guérison des traumatismes et de réconciliation (THARS).

Les succès aux impacts forts incluent :

  • BBJ a envoyé une lettre au Ministre de la Justice suggérant des mesures pour prévenir et protéger les détenus burundais contre Covid-19.
  • BBJ a lancé une équipe de femmes juristes, et sa première session de réflexion a eu lieu après une défense juridique intensive des femmes détenues offerte bénévolement par des femmes juristes.
  • En partenariat avec l’Inspection Générale de la Police Nationale du Burundi, BBJ a mené une formation intensive de 100 jours auprès de 154 Officiers de Police Judiciaire.
  • Le BBJ a intensifié son programme d’accès précoce à un avocat et a lancé le projet de rétablissement de la confiance grâce à son projet sur l’État de droit qui ciblait les forces de sécurité et la population générale à Bujumbura.

Ressources pour le défenseur

Au Burundi, le BBJ fournit des formations, des outils, des manuels et des programmes d’apprentissage en ligne, développés avec nos partenaires, et financés par des subventions et par une assistance pro-bono.

  • DefenseWiki en Français, Anglais and Espagnol– réferences, codes juridiques, et analyses.
  • Manuel du Défenseur – Boîte à outils du Défenseur en matière pénal – Français
  • Manuel du Défenseur – Boîte à outils pour la détention provisoire – Français
  • Modules eLearning – des formations ciblées et approfondies sur des sujets précis (connexion requise).

Ce dont nous avons besoin

Il y a plusieurs façons de s’impliquer, et de nous aider à faire une difference sur le long terme. Prenez contact avec nous.