A la suite de la signature, en mai 2016, du protocole d’entente avec le ministre de la Justice de la République Démocratique du Congo, IBJ a officiellement ouvert, en juin 2016, un Centre de Défense à Bukavu, dans la province du Kivu du Sud.

Cela a marqué le lancement du 7ème programme national de IBJ. Ce nouveau programme en République Démocratique du Congo s’inscrit dans un projet plus large pour l’Afrique francophone, soutenu par la contribution de Global Affairs Mondiales Canada dont IBJ en association avec Equitas à Montréal (Centre International de Formation aux Droits Humains) met en place. La Fondatrice de IBJ, Karen Tse, et le Directeur International du Programme, Sanjeewa Liyanage, ont visité Bukavu et Kinshasa, en mai 2016, afin de le mettre en marche.

Devant la prison centrale de Bukavu

Il existe un besoin urgent d’aide juridique en RDC. Bien que la torture ait été criminalisée par les articles 16 et 18 de la Constitution de la RDC, les articles 67 et 180 du Code Pénal, ainsi que la loi Numéro 11/008 du 9 juillet 2011, les individus en détention provisoire sont encore souvent victimes d’abus physiques, mentaux, sexuels ainsi que de torture. En rendant visite à des prisons et à des centres de détention et en se rendant compte que 73% de la population carcérale du pays est en détention provisoire, IBJ a pu pourvoir une assistance légale aux plus pauvres et a pu prévenir de l’utilisation de la torture en détention.

En offrant une aide légale bénévole, IBJ s’assure que chaque femme, homme ou mineur qui a été injustement accusé d’un crime puisse être jugé équitablement, devant un tribunal. Ceci permettra, à son tour, de réduire la surpopulation carcérale et le risque d’abus souvent présents pendant la période de détention provisoire.

Depuis le départ d’Avocats Sans Frontières du pays, en avril 2016, jusqu’alors l’un des principaux fournisseurs d’aide légale bénévole, le besoin d’accès à l’aide juridique est plus important que jamais, étant donné qu’il n’y a, de plus, aucun soutien légal des plus dépourvus en RDC. En août 2016, des avocats d’IBJ ont commencé à prendre en charge des affaires juridiques. Et en seulement 5 mois, IBJ a fourni une représentation juridique à plus de 100 personnes.

 

SONY DSC

Devant le Palais de Justice de Bukavu, de gauche à droite : Lauréat JusticeMaker Fellow Justice Saidi, Directeur et Fondateur d’IBJ Karen Tse, Directeur IBJ du Burundi Astère Muyango, et Directeur International de Programme Sanjeewa Liyanage

Par l’entremise de tables rondes, IBJ s’engage avec des responsables clés du système judiciaire pour discuter des éventuelles failles du système juridique et des solutions qui peuvent leur être apportées. En décembre 2016, IBJ, en coordination avec le ministère de la Justice, a organisé deux tables rondes. La première avait pour but de diagnostiquer les causes de la crise de confiance entre les habitants de Kavumu et les autorités judiciaires; une crise qui, en septembre, a entraîné la démolition du palais de justice et des bâtiments abritant la police nationale congolaise. La deuxième a été organisée pour déterminer comment promouvoir une meilleure coopération entre les différentes autorités de la justice et les chefs traditionnels pour assurer une bonne administration de la justice. Plus de 50 fonctionnaires ont participé aux deux tables rondes, y compris des magistrats du Tribunal, des membres du Bureau du Procureur à Kavumu, des responsables de police, des membres du Ministère de la Justice et des représentants de société civile, qui ont tous apprécié les évènements tenants à réduire le climat de méfiance à Kavumu.

Des campagnes d’information sont diffusées sur les radios locales afin d’informer les citoyens de leurs droits légaux et de les rendre attentifs à l’aide qui peut leur être offerte en cas de détention abusive. Suite aux recommandations de certains responsables de la justice, pendants les tables rondes, d’organiser des sessions régulières de sensibilisation du public pour lutter contre la méfiance dans les institutions de justice, IBJ a mené 4 séances de sensibilisation aux droits, en RDC, en 2016.

Depuis le début du projet, déjà des centaines d’individus ont été touchés par le travail d’IBJ de rendre la représentation juridique gratuite largement accessible à tous. Le Defender Resource Center est devenu populaire et connu dans la communauté, et de nombreux cas sont soumis à IBJ. Il y a encore beaucoup de défis à surmonter en RDC, mais IBJ est en train d’intensifier ses opérations pour s’assurer que chaque femme, homme et enfant accusé d’un crime sera jugé équitablement devant une cour de justice.

Canada logo FR